Le livre du mois de Mai: L’écume des jours [Boris Vian]

 

bonjourC’est avec un grand plaisir que je me suis replongée dans les pages du livre du mois de mai: l’écume des jours. Ce livre, je l’avais lu par hasard alors que je devais être au lycée, je l’avais trouvé dans la bibliothèque sous l’escalier. Ce livre, il appartenait à Maman Potiron, et quand je l’avais pris, elle m’avait dit combien il était chouette. Et elle avait raison. Je me souviens à l’époque avoir vraiment adoré lire ce livre, mais je ne me souvenais absolument pas pourquoi. A vrai dire, de l’histoire je ne me souvenais pas de grand choses, si ce n’est qu’un des personnages mourait à cause d’une fleur qui poussait dans son corps et qu’il y avait une histoire de maison qui rétrécissait…

Lecumedesjours

Oui, je me suis mise à la Kindle moi aussi…cadeau d’anniversaire de Monsieur Potiron!

4ème de couverture:

Un titre léger et lumineux qui annonce une histoire d’amour drôle ou grinçante, tendre ou grave, fascinante et inoubliable, composée par un écrivain de vingt-six ans. C’est un conte de l’époque du jazz et de la science-fiction, à la fois comique et poignant, heureux et tragique, féerique et déchirant. Dans cette oeuvre d’une modernité insolente, livre culte depuis plus de cinquante ans, Duke Ellington croise le dessin animé, Sartre devient une marionnette burlesque, la mort prend la forme d’un nénuphar, le cauchemar
Lecumedesjours (3)

De la lecture en bonne compagnie!

Mon avis:

Maintenant je me souviens pourquoi j’avais tant aimé ce livre: c’est une magnifique histoire d’amour. Colin et Chloré, Chick et Alise, ces deux couples jeunes et passionnés. Colin lui est passionné par Chloé, qu’est ce qu’il l’aime! Chick lui, est passionné par Jean-Sol, qu’il aime sans doute un peu trop. Leur passion, ils la vivent jusqu’au bout, jusqu’à la mort. Si c’est sans doute cette histoire d’amour entre Colin et Chloé qui avait fait vibrer mon petit cœur d’adolescente, cette fois ci, en relisant le livre je me suis plus attardée sur tous les jeux de mots et autre loufoqueries du texte. C’est réellement l’écriture et le style de Vian qui ont fait que j’ai dévoré le bouquin en l’espace de 2 jours à peine, bien plus que l’histoire. Son Jean Sol Partre, qui écrit que des récits sur le dégueulis, les petites saucisses encore vivantes dans la poêle et toutes les farfelues, la petite souris qui partage la vie de la maison, et cette maison qui rétrécie comme peau de chagrin au fur et à mesure que la maladie dévore Chloé…et j’en passe. Moi qui ai un imaginaire assez développé, j’ai aimé me représenter les images/scènes/objets décrits dans ce livre et qui sont pure imagination, pur génie. Je crois que je pourrais encore relire le livre que je trouverai de nouveaux jeux de mots que j’avais raté à la lecture précédente. Vraiment, ce livre est fantastique – dans tous les sens du terme!

Lecumedesjours (2)

Difficile de choisir une seule citation pour terminer… Mais je retiens celle d’un paragraphe sur le travail qui est tellement vrai:

 “C’est parce qu’on leur a dit : « Le travail, c’est sacré, c’est bien, c’est beau, c’est ce qui compte avant tout, et seuls les travailleurs ont droit à tout. » Seulement, on s’arrange pour les faire travailler tout le temps et alors ils ne peuvent pas en profiter.”

2 Comments
  • Esthelle
    mai 23, 2016

    Comme toi, j’ai découvert Vian au lycée, et je crois les avoir tous lus. Son style est irremplaçable. Depuis, je ne lis plus que des policiers (ou presque). Mais tu m’as redonné envie d’y plonger!

    • Mme_Potiron
      mai 25, 2016

      J’ai des goûts littéraires assez éclectiques je crois, je lis un peu de tout mais j’avoue qu’un bon policier c’est vraiment chouette. Le dernier qui m’a fait vibré c’était Le Chuchoteur, j’ai adoré! Je viens juste de commencer La fille du train, mais si tu as des livres à me conseiller, je prends!

Laissez moi un petit message!

error: Clic droit interdit!